Choc de haut de tableau ce weekend en Fédérale 2. Bien installé en tête de la poule 6 (72 points), notamment grâce à une phase retour jusqu’ici tonitruante (6 victoires en 8 matchs, dont la dernière face au FC Lourdes par 50 à 14), le FCTT savait qu’il ne fallait surtout pas s’endormir sur ses lauriers. En effet, le SC Rieumois (6è, 61 points), visiteur du jour, tournait lui aussi à plein régime depuis quelques semaines (4 victoires sur les 5 dernières sorties, dont les dernières face à Lombez Samatan et Coarraze Nay, deux ténors de la poule). De plus, le FCTT s’étant imposé 20 – 15 à Marcel-Billière à l’aller, nul ne doutait qu’intensité, indécision et passion seraient au menu de ce rendez-vous des plus attendus… 

6.JPG
















Les deux paquets d’avants se testaient d’entrée: après une prise en touche de leur capitaine Suchaud, les Toulousains s’organisaient en maul porté. Rieumes se mettait à la faute. Le FCTT optait pour la pénal touche, mais sans succès. Quelques instants plus tard, c’était au tour du pack bleu et blanc de faire souffrir son homologue, en mêlée fermée cette fois. La pénalité récoltée était convertie par Galy (3 – 0, 8è). Sur le renvoi, les visiteurs lançaient une belle offensive sur laquelle le pilier Zuppel se fendait d’une superbe percée. Il était repris par Torres, puis les esprits s’échauffaient quelque peu, ce qui valait au Toulousain Moussaoui d’écoper d’un carton jaune et d’aller se reposer dix minutes (11è). L’entame restait rieumoise: sur une pénal touche, les hommes du Savès profitaient de leur avantage numérique pour orchestrer une “cocotte” d’école et envoyer le talonneur Ducasse derrière la ligne. Galy transformait (10 – 0, 15è).

1.jpg











Pour sa part, le FCTT semblait toujours endormi et se faisait copieusement dominer. Sur les seuls ballons un tant soit peu négociables, les violet et blanc commettaient de nombreuses approximations, comme sur cette passe plus qu’hasardeuse entre Mankuka et Alard (17è). Dans la foulée, Rieumes enchainait avec divers redoublements de passe, Dandreau perçait côté gauche mais était repris à cinq mètres de l’en-but et poussé en touche (18è). Deux minutes plus tard, Galy et Conduché combinaient pour à nouveau libérer Dandreau. Ce dernier assurait néanmoins mal sa dernière passe vers son ailier Vecchies alors que l’essai semblait imparable. Puis le FCTT, décidément dans le dur, se retrouvait encore à 14 quand Baron recevait un carton jaune pour un plaquage à l’épaule sur son vis-à-vis Galy (24è). La pénalité, tentée par Conduché, tombait aux pieds des poteaux. Ce n’était pourtant que partie remise pour le SCR: après une belle prise de Solyga dans l’alignement, le ballon arrivait dans les mains de Van Der Wersthuizen, en position de centre. Le jeune troisième ligne sud-africain cassait deux plaquages et s’en allait inscrire, en solitaire, le deuxième essai des siens. Galy transformait (17 – 0, 27è): le FCTT semblait KO debout.

2.jpg











Pourtant, à la demi-heure, les Toulousains avaient un léger sursaut: ils réussissaient enfin à enchainer quelques temps de jeu, mettant la défense visiteuse sur le reculoir, et par-là même à la faute. Suppléant Baron, Quarendon débloquait enfin le compteur de son équipe des 38 mètres sur la droite (17 – 3, 30è). Malheureusement pour le FCTT, il ne s’agissait là que d’un feu de paille et Rieumes remettait la main sur le ballon et la pression sur son hôte du jour. Baron, revenu en jeu, dégageait depuis son en-but mais la relance adverse s’organisait, et de quelle manière: Jaubert trouvait Van Der Wersthuizen, qui prolongeait vers Monadier. L’ailier crochetait intérieur, puis sortait les bras pour un superbe une-deux avec son numéro 8. Le Sud-Africain partait alors le long de la touche, poursuivait au pied pour l’arrière Delahaye mais Tabeuguia, bien replié, aplatissait dans son en-but et évitait le pire (35è). Plus rien n’était marqué jusqu’à la pause.


4.jpg











Nul ne doute qu’au vu de la production en première période, les murs du vestiaire toulousain ont dû trembler. Quoi qu’il en soit, les joueurs du président Cazeneuve revenaient sur la pelouse animés d’une plus grande envie: Tabeuguia avançait enfin balle en mains, puis Torres dynamisait une pénalité, mettant la défense rieumoise en difficulté. Le seconde ligne Bleys recevait d’ailleurs un carton blanc pour avoir ralenti la sortie du ballon (45è). Comme Rieumes l’avait fait lors du premier acte, le FCTT profitait de sa supériorité numérique et optait pour un maul porté autour de Suchaud. La sanction ne se faisait pas attendre: le pack enfonçait son homologue pour un essai des plus collectifs, Baron transformait et remettait les siens dans la partie (17 – 10, 46è). Néanmoins, Mankuka devait sortir pour saignement et était remplacé par Chanfreau.


Les coachs toulousains effectuaient des changements, notamment en première ligne, sans doute pour tenter de redynamiser l’équipe. Le nouvel entrant Bourmaleau se signalait d’entrée en enchainant deux plaquages incisifs sur les puissants Naude et Van Der Wersthuizen. L’embellie était pourtant de courte durée: sur une nouvelle offensive côté droit, Conduché poursuivait rasant au pied pour Monadier. Le véloce ailier rieumois profitait des hésitations combinées d’Harambillet et Chanfreau pour leur subtiliser le cuir et scorer le troisième essai pour ses couleurs, également transformé par Galy (24 – 10, 54è). Loin de baisser les bras, le FCTT revenait à la charge autour de son paquet d’avants, provoquant une nouvelle faute de Naude tout près de la ligne et un nouveau carton blanc (60è). Même cause, même remède, même conséquence: les Toulousains inscrivaient leur second essai collectif de l’après-midi (24 – 17, 61è).


5.jpg

Le dernier tournant du match intervenait à quinze minutes du terme: Baron plaquait Galy au cou. M. Hueso lui administrait un deuxième carton jaune, synonyme de rouge. L’ouvreur rieumois, bien remis, exécutait la sentence (27 – 17, 66è). Le cœur n’y était plus pour les Toulousains, qui allaient boire le calice jusqu’à la lie, encaissant un ultime essai. Sur une nouvelle perte de balle dans la ligne d’attaque par les locaux, Conduché, opportuniste, poussait au pied. Le ballon était récupéré par Dupont, tout juste entré en jeu (et de retour dans le groupe après une absence de près de quatre mois). L’ailier signait son comeback en allant pointer au milieu des barres. Galy transformait (34 – 17, 70è). La fin de match était rieumoise: la mêlée dominait outrageusement, enfonçant à deux reprises son homologue (76è, 79è). Sur la seconde, Tahar pensait bien inscrire l’essai du bonus offensif. Cependant, l’arbitre de la rencontre ne le validait pas, considérant que le troisième ligne avait rampé. Peu  de temps après, il mettait fin à la rencontre.






Au terme d’un match qu’on attendait explosif, les Rieumois se sont bien replacés dans la course aux places qualificatives. Dans la lignée de leurs dernières performances, ils ont su imposer une intensité et une présence physique qui ont certainement surpris les Toulousains. Loin de se contenter de cela, les hommes de Pascal Castro et Eric Mercadier (qui, faut-il le rappeler, fut en son temps joueur au TOEC avant d’entraîner le FCTT) ont aussi proposé un jeu de mouvement dans lequel avants et trois-quarts ont parfaitement cohabité. De ce superbe tableau collectif, des individualités sont tout de même ressorties: Galy, bien secondé dans la conduite du jeu des siens par Conduché, a été impérial (14 points, à 6 sur 6 dans ses tentatives) et Monadier a montré de vraies qualités de vitesse. Quant aux troisièmes lignes Solyga, Naude et Van Der Wersthuizen, ils ont été omniprésents tant dans le combat au près que dans le jeu courant et ont donné le ton tout l’après-midi. Maintenant 4è (65 points) devant Astarac Bigorre et Morlàas (63 points chacun), le SCR doit bien négocier la fin de saison, à commencer par la prochaine réception de Tournefeuille, lanterne rouge.


Pour sa part, le FCTT n’est jamais réellement entré dans la partie. Dominés dans l’intensité, les impacts et la vitesse d’exécution, les joueurs de Laurent Jalabert et Yannick Idrac ont semblé éteints et peu concernés tout au long de cette rencontre. Les absences de quelques-uns (le seconde ligne Raturat, le centre Bary pour ne citer qu’eux) ont sans doute pesé lourd lorsqu’il s’est agi d’affrontement et de défi.  Si l’on excepte les dix premières minutes de la seconde période, la copie rendue est bien pâle. Trop seuls à surnager dans ce contexte, le capitaine Suchaud (toujours impérial en touche) et Torres, qui a essayé de dynamiter le jeu des siens mais qui s’est bien trop souvent retrouvé isolé. Cependant, pas le temps de gamberger pour le (toujours) leader de la poule 6: Coarraze Nay, second de poule, se déplacera en effet à Georges-Aybram lors de la prochaine journée avec la ferme intention de chiper la première place aux Toulousains. Affaire à suivre.


Laurent Jalabert (Entraîneur, FCTT): “La première chose qui me vient à l’esprit c’est qu’on a été méconnaissables par rapport à ce que l’on a l’habitude de faire. Grosse frustration intérieure du coup. Pourquoi? Comment? Je n’en sais rien. On est en train d’analyser cela. On a certes passé une semaine un peu compliquée avec des petits bobos, des absences. On ne s’est peut-être pas entraînés comme il fallait. Après, c’est le terrain qui doit parler. Ce matin, on était bien, on n’a pas mis la pression aux joueurs puisque ce n’est que du bonheur d’être en haut. On était premiers, on ne risquait rien. On a été battus par une équipe qui avait plus envie que nous, collectivement, individuellement et dans les duels.”


Malgré sa défaite, le FCTT conserve le leadership, mais une place dans les deux premiers ne lui est plus assurée. Le club de la Ville rose devra battre Coarraze-Nay, son dauphin, le 7 avril puis Tournefeuille le 21 pour atteindre son objectif.


Feuille de match

A Toulouse (Stade Georges-Aybram): SC Rieumois bat FCTT 34 à 17 (mi-temps:17 à 3).

Arbitrage: M. Cédric Hueso (Ligue Occitanie).

Cartons blancs: à Rieumes, Bleys (45è), Naude (60è).

Cartons jaunes: au FCTT, Moussaoui (11è), Baron (24è, 65è).

Cartons rouges: au FCTT, Baron (65è).

Pour le FCTT:  2 essais collectifs (46è, 61è), 1 pénalité Quarendon (30è), 2 transformations Baron.

Pour Rieumes: 4 essais Ducasse (15è), Van Der Wersthuizen (27è), Monadier (54è), Dupont (70è), 2 pénalités (8è, 66è) et 4 transformations Galy.

Composition FCTT: Harambillet; Alard, Mankuka, Quarendon, Artigues; Baron (o), Torres (m); Suchaud (cap), Rabaj, Dinga; Moussaoui, Tabeuguia; Flitti, Abachrie, De Lagausie.

Sur le banc: Bourmaleau, Tchouta, Tiné, Cominelli, Boudoya, Gomez, Chanfreau.

Entraîneurs: Laurent Jalabert et Yannick Idrac.