Le FCTT a connu un exercice 2017/ 2018 en demi-teinte. Après un début tonitruant (large victoire contre Mazamet, à Pamiers, puis face au leader villefranchois), le club toulousain n’a pas réussi à confirmer les bonnes dispositions entrevues. Dès lors, le club est resté englué dans le milieu de tableau, s’inclinant d’ailleurs à domicile face à Pamiers et Balma en fin d’exercice. Le co-entraîneur Antoine Bourdin a décidé de ne pas continuer l’aventure. Pour le remplacer au côté de Laurent Jalabert, le club a misé sur Yannick Idrac, reformant ainsi la doublette qui officiait encore à L’Isle Jourdain il y a deux saisons de cela. Les ententistes ont frappé fort sur le marché des transferts. Il fallait en effet compenser les départs du pilier Bérail (Graulhet) ou des secondes lignes Nyatto (Tournon) et Tabeuguia (au mois de décembre) ainsi que les retraites des deux troisièmes lignes emblématiques Balangué et Loubières, même s’il n’est pas dit que ce dernier, capitaine l’an passé, ne rechausse les crampons. Ainsi, le président Cazeneuve et ses acolytes ont bien fait leur travail, s’attachant, entre autres, les services du puissant pilier Tchouta (Lévezou) et de son homologue de Lagausie (ex-Castanet, et par ailleurs tripier au Marché Victor Hugo), des secondes lignes Moussaoui (Castelnaudary) et Raturat (Saint Sulpice sur Lèze) ainsi que ceux des troisièmes lignes Soubrié (RC Montauban) et Suchaud (Tournefeuille). Pour ne pas être en reste, la ligne de trois-quarts a également pris de l’épaisseur. Le club a conservé le demi de mêlée Pessègue (en tutorat du Stade Toulousain l’an passé) et a recruté l’expérimenté ouvreur (ou centre) castanéen Quarandon. Le club n’a pas non plus hésité à aller chercher certains joueurs en séries régionales, à l’image de l’ailier Micciche (S.A. Fenouillet), déjà surnommé « Nadolo » (certainement eu égard à son physique) par le coach Idrac.

Les joueurs auront à cœur de bien commencer leur saison dès dimanche avec un premier déplacement au FC LOURDES!!