201705111360-full.jpgDes regrets ? Pas vraiment. S'il pointe les raisons de l'échec de son équipe (14-21) lors du match aller dimanche dernier à Hasparren, Hugo Cariat, le jeune (28 ans) entraîneur des lignes arrières du FCTT, ne dramatise pas : «Nous avons réalisé une première mi-temps très maîtrisée en ayant résisté à la bonne entame des locaux, contenu leurs assauts, avec une défense bien organisée, et cela sans trop de difficulté. Nous menions ainsi (11-6) au repos. À la reprise, nous avons subi leur furia. Les Basques ont mis davantage d'engagement pendant quinze-vingt minutes et cela nous a coûté le match. D'autant que notre conquête en touche s'est avérée défaillante. Quand la rampe de lancement fait défaut, on s'expose

Hugo Cariat ne conteste nullement la victoire des Hazpandars : «Sur l'ensemble du match, elle est méritée.» Mais, avec ses collègues du staff, Nicolas Chevalier et Michael Coetze, il en a très vite tiré les enseignements avant d'aborder le retour (1) avec dans la besace un point de bonus défensif qui pourrait peser lourd dans la balance : «Ce match aller nous a permis de prendre la mesure de cette équipe et, cette semaine, nous pouvons nous préparer en conséquence pour l'accueillir.»

L'objectif de la saison

Et une qualification pour les huitièmes permettrait au club toulousain d'atteindre l'objectif fixé au début de la saison, la montée en Fédérale 2, sans compter sur un possible repêchage.

«Nous sommes là où nous souhaitions nous retrouver après avoir terminé premiers de notre poule, confirme Hugo Cariat. C'est le match que nous attendions, il ne faut pas le rater. Nous allons tout faire pour que la fête soit belle.»

Le FCTT a dominé la poule 14 (67 points ; 14 V ; 4 D) alors que son adversaire a fini deuxième de la poule 13 (52 points ; 12 V ; 6 D), un adversaire qui a éliminé, au tour précédent, le troisième de la poule 14, Saint-Sulpice-la-Pointe, en le battant à deux reprises. Au stade des 32e, le FCTT a, lui, sorti Navarrenx (5e de la poule… 13) après avoir abordé le retour avec deux unités de retard. Bis repetita…

Pour s'ouvrir les portes de l'étage supérieur, le FCTT pourra dimanche compter sur les retours d'éléments importants comme le talonneur Damien Catala, «le capitaine emblématique depuis plusieurs saisons qui nous a énormément manqué à l'aller», dixit Cariat, le troisième ligne Cédric Fadel, un «plaqueur-gratteur, pénible» (pour l'adversaire), ou le solide pilier Stephan Perea.

Même si la prudence reste de rigueur, le FCTT a les cartes en main pour parvenir à ses fins et s'éviter une énorme déception.

J.-P. P.

Source : www.ladepeche.fr